Brigitte Misiak :

"Originaire du nord de la France , âgée de 43 ans, je suis la deuxième d’une famille de 4 enfants.

Issue d’un milieu modeste : mon père était ouvrier sidérurgiste et ma mère était employée dans une petite librairie.

J’ai fait mes études supérieures à Lille pour obtenir un Brevet de Technicien Supérieur en secrétariat de direction bilingue.

Ma première activité professionnelle  en 1986 s’est effectuée au sein d’une entreprise de 1 600 salariés du groupe Thomson sur la région lilloise.

En 1988, j’ai suivi mon conjoint en région parisienne où il obtenait son premier emploi, fort d’un diplôme de DESS en gestion des entreprises (bac + 5).

A l’issue d’une période de chômage, j’ai décidé de me lancer dans l’enseignement en postulant auprès de l’éducation nationale et des organismes de formation continue pour adultes.

Pendant 6 ans, j’ai enseigné en qualité de maître auxiliaire à Melun.

En 1993, mon mari obtient une mutation sur Bordeaux.

Nous nous installons dans le sud-ouest plus précisément à Marsas où l’amour de la vieille pierre nous incite à acheter une maison en cours de rénovation en 1994.

En 1995, ma première fille entre à l’école communale du village doté à l’époque de 45 élèves.

En l’absence d’animations extra-scolaires pour les enfants, je décide alors avec d’autres parents de créer une association de parents d’élèves.

En 1998, le maire en place rencontre des divergences au sein de son conseil municipal. La majorité des conseillers municipaux démissionnent et provoquent des élections complémentaires.

Le dynamisme dont je faisais preuve au travers des différentes manifestations menées au sein de l’association des parents d’élèves a incité d’anciens conseillers municipaux à me proposer au poste de 1er magistrat de la commune.

Le contexte local n’était pas aisé dans ce monde rural. On ne comprenait pas pourquoi l’on était allé chercher une femme, qui n’était pas du crû et de surcroît âgée de 35 ans !

Au cours de mon premier demi-mandat, l’équipe municipale s’est tout de suite attelée à la tâche. En l’espace de ces 3 années, j’ai découvert un monde  inconnu mais tellement intéressant qu’aux élections de 2001, je me suis représentée.

Réélue à quasiment 60 % des voix, l’aventure s’est prolongée…

A l’horizon des élections législatives de juin 2007, Philippe PLISSON a souhaité me proposer le poste de députée-suppléante.

Fière que l’on reconnaisse ma détermination, ma conviction (je suis au parti socialiste depuis plusieurs années), j’ai l’envie et l’énergie pour me consacrer à un territoire plus étendu qu’est la 11e circonscription.

Mon objectif est de défendre et de protéger ce territoire. Nous disposons d’atouts en matière de qualité de vie, de patrimoine,  d’infrastructures…

Par l’intermédiaire de ce poste de suppléante,  je souhaite aussi apporter une place plus importante au contact et au dialogue avec les habitants dans le champ de la 11e circonscription.

Le tandem que nous mettons en place Philippe et moi-même est aussi le reflet d’une parité homme-femme où pourra s’exercer un équilibre voire une véritable complémentarité au service de tous nos concitoyens."

Brigitte Misiak